[DOSSIER] Sécurité à La Croix Valmer

Participation citoyenne


Pour renforcer la sécurité dans les quartiers croisiens.

Une initiative municipale
René Carandante, 1er adjoint municipal en charge de la sécurité, souhaite depuis 2014 un renforcement de la sécurité dans les quartiers les plus isolés de la commune via ses propres habitants. Le dispositif de participation citoyenne était celui qui était le plus adapté à la commune. De part sa gratuité (contrairement aux "Voisins Vigilants"), il permet de recruter sans compter et avec qualité. "Notre objectif est d’obtenir un maximum de participants" explique René Carandante, "où chacun doit adopter un comportement adapté. On ne veut pas de cow-boys dans le village".

Le voisin prévient, la gendarmerie ou police municipale intervient
Après un entretien avec la gendarmerie, le candidat est recruté ou remercié. Ils peuvent être plusieurs par quartiers, créant ainsi un maillage territorial. L’objectif reste de sensibiliser les gens aux vols à l’intérieur des habitations en leur présence. Les gendarmes promulguent aussi des techniques pour éviter d’être volé comme ne pas avoir de coffret à bijoux trop facilement repérables.

Un partage d’informations
"Rapprocher les gens, engendrer la solidarité et appeler à la vigilance de chacun empêchent cambriolages et incivilités" explique Patrick Iberti, chef de poste de la police municipale de La Croix Valmer. "La participation citoyenne propose une solution aux côtés de la police municipale. Par le biais de référent dans chaque quartier, les signalements arrivant tôt d’un véhicule suspect, d’un individu qui rôde…, le référent avertit rapidement et facilement les gendarmes pour que la police municipale intervienne. C’est une bel exemple de coordination solidaire".

Gendarmerie nationale
route du Brost
83420 La Croix Valmer
04 98 11 84 50

Comité Communal des Feux de Forêt en patrouille cet été

Une vingtaine de bénévoles constitue la réserve communale de sécurité civile pour surveiller les massifs, alerter par des missions de patrouille, assister les secours par guidage et appui logistique aux pompiers, déblayer ou prêter main forte lors de catastrophes naturelles.

« D’autres missions peuvent s’y ajouter » explique Frédéric Gleizes, Directeur Général des Services Adjoint qui gère le recrutement, « comme sensibiliser les promeneurs en forêt sur certains risques ou interdictions telles que la cigarette. Ce que l’on retrouve le plus comme situation sont les départs d’incendie, les coulées de boue et coups de mer. » Le volontaire est sollicité principalement de mi-juin à fin septembre, période où les risques sont les plus importants en incendie, pollution et en fréquentation. « Les incendies de juillet 2017 nous ont rappelé l’importance de ce comité et des actions qu’il entreprend » ajoute René Carandante, vice-président du comité et adjoint en charge de la sécurité sur la commune. « Si nous voulons éviter d’autres catastrophes, cela peut passer par la voie de la prévention ». Intéressé(e) pour rejoindre le C.C.F.F ? Après validation de la candidature adressée à Monsieur le maire, le volontaire obtient une carte de membre officielle et bénéficie de plusieurs formations.

Débroussailler pour prévenir les risques incendie


Le Sivom du Littoral des Maures gère les Obligations Légales de Débroussaillement par prévention contre les incendies de forêt et jardin. Il s’appuie sur plusieurs arrêtés : préfectoral (30 mars 2015) et municipal (18 février 1991) qui obligent les propriétaires de bâti à débroussailler de 50 m autour de leurs biens, selon les zones. Frédéric Bourgoin, policier municipal assermenté, contrôle les travaux réalisés.

Contact : Dorothée Siegel au 04 94 00 46 23 / Voir la carte de zone de protection.

Lutte contre la prolifération des sangliers

Mercredi 26 juin, une réunion organisée en mairie sur proposition de la municipalité avait pour objet d’aborder la problématique qui se pose sur le territoire de La Croix Valmer en raison de la prolifération du nombre de sangliers et de leur présence dans les propriétés privées. Ainsi, les élus ont pu superviser la concertation entre les représentants de la société de chasse, la fédération des chasseurs, le lieutenant de louvèterie, et les présidents des lotissements.

Au terme de la discussion, la décision est prise de demander aux gens qui se plaignent de la présence de sangliers de s’adresser en 1er lieu à leur président de lotissement. En effet, cela devrait permettre de centraliser les informations. Cette centralisation assure une information pertinente des acteurs majeurs, qui peuvent ensuite engager des actions : prévenir les chasseurs, la mairie, le lieutenant de
louvèterie, mettre en demeure de procéder aux opérations de débroussaillement si cela n’a pas été réalisé.

Consulter l’intégralité du compte rendu de la réunion.

Accueil mairie

04 94 55 13 13